retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

D1 J15 : LE SPORTING CLUB DE PARIS MÈNE PUIS CRAQUE À KINGERSHEIM

Dans le cadre de la 15ème journée de D1 Futsal, le Sporting Club de Paris s’est déplacé, ce samedi, du côté de Mulhouse pour y rencontrer Kingersheim, cinquième au classement général. Au coup d’envoi, les Alsaciens pointent à 3 points du quatuor éligible aux play-off et les Parisiens suivent leurs adversaires du jour à… 3 points ! Match important donc pour les deux équipes !

Les vice-Champions abordent ce match avec une envie de revanche, espérant effacer la lourde défaite subie à domicile au match aller (2-5). Pour ce difficile déplacement, Rodolphe Lopes a dû composer avec les absences de ses internationaux paraguayens, Amirilla et Rojas, retenus en Sélection nationale ; de Rudi, reparti au Brésil ; de l’un des historiques du club, Teixeira, blessé et de Kébé, suspendu. A cette longue liste d’absents, un doute subsistait sur la participation du Capitaine Belhaj, touché au coude lors du match France-Belgique de dimanche dernier. Seule éclaircie, le retour dans le groupe de Eder Schade, enfin rétabli.

Les Alsaciens sont cueillis à froid par des Parisiens hyper réalistes qui mènent 2 buts à 0 après seulement 50 secondes de jeu.

C’est d’abord Ndukuta qui est à la réception, seul devant le but, d’une touche jouée par Eder. Il ne manque pas l’occasion d’ouvrir le score… on joue depuis 24 secondes (0-1). C’est ensuite Caamaño, parti dans le dos de la défense adverse, qui reçoit un ballon délivré par Belhaj. L’argentin dévie suffisamment la balle pour tromper Giovinazzo (0-2)…

50 secondes se sont écoulées depuis le coup d’envoi. Le Sporting Club de Paris est parti sur des chapeaux de roues !

Kingersheim tente de revenir au score par Matheus, mais son tir est repoussé par Laion dont profite Ndukuta pour aller défier Giovinazzo, mais le gardien alsacien s’interpose (2ème min).

Les Parisiens se font contrer à la 5ème minutes, sur une attaque menée par Haddad qui sert Abarki démarqué au second poteau. Le goal des vice-Champions de France doit s’incliner sur la reprise de près du n°7 de Kingersheim (1-2).

Le match est équilibré mais c’est le Sporting Club de Paris qui se procure la plus belle occasion par Eder, qui bien lancé par Ndukuta, perd son face à face devant Giovinazzo (8ème min). Les Parisiens vont reprendre 2 buts d’avance grâce à Laion qui trouve la lucarne alsacienne sur un tir lointain (1-3, 9 min).

Une habitude pour le gardien francilien qui avait déjà marqué, dans cette salle, lors de son premier match disputé avec le Sporting Club de Paris. A la 10ème minute, Caamaño remonte tout le terrain en effaçant 2 adversaires, mais sa frappe est déviée en corner. Tiré par Belhaj, le coup de pied de coin trouve Ndukuta dont la reprise passe à droite du but alsacien.

Plus incisifs, les joueurs de Kingersheim mettent la pression sur des Parisiens attentistes. D’abord à la 11ème minute, Abarki, bien décalé sur l’aile droite par Haddad, voit son tir longer la ligne de but de Laion. Ensuite, le gardien francilien dévie du pied gauche une puissante frappe du même Abarki.

Sur le corner qui suit, Laion repousse sur sa barre transversale la tentative de Janah (15 min).

Les Parisiens tentent de répondre, mais Eder, pourtant bien servi plein axe par Caamaño, ne trouve pas la cadre (16 min). Les Alsaciens recollent au score grâce de De Sousa, opportuniste, qui reprend de près un ballon relâché par Laion sur un tir de Abarki (2-3, 16 min).

Nouvelle occasion pour le Sporting Club de Paris par Ndukuta, qui après avoir intercepté un corner de Kingersheim, remonte tout le terrain mais sa tentative de lob ne trompe pas Giovinazzo (17 min). Les Parisiens souffrent en cette fin de première mi-temps et la manchette de Laion sur un tir de de Mattheus (19 min) permet de maintenir l’avantage pour les siens à la pause.

Kingersheim attaque fort la seconde période sans pour autant inquiéter le gardien parisien. Le Sporting Club de Paris desserre un peu l’emprise alsacienne et est proche d’accroitre son avantage. A la 24ème minute, un jeu à trois avec Belhaj, Ndukuta et Caamaño finit par un centre intercepté par Giovinazzo.

A la minute suivante, Laion relance au pied sur Caamaño : le gardien parisien poursuit son action et l’argentin lui remet le ballon plein axe. Le tir de Laion finit sur le poteau droit alsacien. Le ballon renvoyé fort par le montant du but repart vers la cage parisienne désertée… l’intervention de Pasquier évite le but de Kingersheim. Un une-deux entre Belhaj et Chaulet se termine par une frappe à côté de l’international français (28 min).

C’est une erreur parisienne qui permet aux Alsaciens de revenir au score. Sur une phase de relance où Laion s’est positionné sur l’aile droite, la touche jouée par Eder pour Chaulet est interceptée par Moghino qui marque dans le but vide (3-3, 30 min).

En étant moins agressifs et ayant perdu le réalisme du début de la rencontre, les Parisiens vont subir le reste de la partie. En revanche, signe de leur engagement, Kingersheim se retrouve à 5 fautes à la 32ème minute, alors que le Sporting Club de Paris terminera la partie avec seulement 2 fautes…

Alors que Haddad vient juste de solliciter Laion sur un coup franc, les Alsaciens vont prendre l’avantage par Matheus qui reprend plein axe une touche rapidement jouée. Le ballon atterrit dans la lucarne gauche de Laion (4-3, 34 min).

Les Parisiens sont atteints moralement et physiquement, mais tentent d’arracher le point du match nul. Mais ils manquent les rares opportunités qu’ils arrivent à se procurer : Belhaj, qui a chipé le ballon dans les pieds d’Abarki dans sa surface de réparation, se heurte à Giovinazzo (37 min) ; Caamaño rate l’immanquable, quand, à la suite d’une action à 3 avec Belhaj et Eder, il se retrouve seul au second poteau… mais manque le cadre (38 min).

Le Sporting Club de Paris est même puni sur une récupération de balle d’attaque parisienne à la 39ème minute. Matheus récupère un ballon perdu et vient lober Laion qui recule vers son but (5-3). A noter que, dans un match plus que correct, le duo arbitral a trouvé quand même le moyen de dégainer 8 cartons (autant que le nombre de buts !) : 5 dont 1 rouge pour Kingersheim et 3 pour le Sporting Club de Paris.

Cruelle défaite parisienne en terre alsacienne. Après avoir mené rapidement et compté jusqu’à 2 buts d’avance, le Sporting Club de Paris n’a pas su conserver cet avantage devant un adversaire coriace certes, mais qui semblait à sa portée.

Les Parisiens ont souffert d’un manque d’agressivité (Kingersheim a joué 8 minutes avec 5 fautes sans pour autant que le Sporting Club de Paris pousse pour obtenir la 6ème faute synonyme de tir à 10m) et d’un manque de réalisme et d’efficacité (les Parisiens ont perdu 5 face à face avec le gardien alsacien).

Place aux 16ème de finale de la Coupe Nationale le week-end prochain avec un déplacement à Nantes avant la réception de l’UJS Toulouse à Carpentier.

Partager sur les réseaux :