retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

D1 – J12 : LE SPORTING CLUB DE PARIS SUBIT LA ‘REMONTADA’ DE TOULON ET DOIT SE CONTENTER DU MATCH NUL

A l’heure d’aborder la seconde partie du Championnat de France de D1 de Futsal, le Sporting Club de Paris a opéré à une importante revue d’effectif. En effet, Titon, Darcio, Traoré et Konaté ont quitté le club de la capitale (sans compter l’indisponibilité jusqu’à la fin de la saison de Fernandinho) mais une nouvelle recrue est arrivée au mercato : Julian Emiliano Caamaño Nievas.

Pour établir sa liste de joueurs retenus pour ce premier match de 2024, Rodolphe Lopes a dû faire avec l’absences de Eder (blessé), mais enregistre le retour de Laion dans la cage parisienne.

Pour cette reprise, dans le cadre de la 12ème journée du Championnat, le Sporting Club de Paris recevait l’équipe de Toulon, bien calée à la 3ème place au classement.

Les Parisiens avaient à cœur d’effacer leur défaite en terre varoise au match aller lors de la seconde journée, surtout que ce revers fut le début d’une série de 7 matchs sans victoire (5 défaites et 2 nuls) pour le vice-Champion de France.

Les nombreux et bruyants spectateurs ont longtemps cru à cette victoire, car menant 5 à 1 après 25 minutes de jeu et une prestation de grande qualité, les Parisiens se sont littéralement écroulés jusqu’à concéder le match nul, évitant la défaite d’un rien.

Le Sporting Club de Paris attaque la partie pied au plancher se procurant 2 belles occasions par Ndukuta et Belhaj au cours de la 1ère minute. Toulon réplique aussitôt par Feijao et Nito. Puis c’est Lakjah qui oblige Laion à un bel arrêt d’une main ferme à la 5ème minute. C’est son homologue, Abrantes, qui doit s’y reprendre à 2 fois pour stopper une tentative de loin de Belhaj (7 min), et qui concède un corner sur des tirs de Caamaño aux 7ème et 8ème minutes.

Le premier but intervient à la 9ème minute, à la suite d’une montée de balle de Belhaj qui traverse le terrain de gauche à droite puis tente sa chance. Pasquier, bien placé devant le but toulonnais, dévie astucieusement, d’une talonnade, le ballon hors de portée d’Abrantes (1-0).

Agressifs et conquérants, les Parisiens étouffent des visiteurs qui subissent le match.

Après que Rojas, bien servi par Rudi ait vu son tir frôlé la barre transversale (10 min) et que la frappe lointaine de Laion soit passée au-dessus de la cage de Toulon (11 min), le Sporting Club de Paris accroit son avantage au tableau d’affichage. Symbole de la pression exercée sur l’adversaire, Kébé prend le ballon dans les pieds d’Ordonez dans le rond central, il s’avance vers le but visiteur et sa frappe des 15 m trompe le gardien sur sa droite (2-0, 12 min).

La domination parisienne ne faiblit pas. Rojas profite d’une passe en retrait, concluant une belle action collective, pour frapper au but mais il ne trouve pas le cadre (13 min), puis Amarilla, bien lancé sur l’aile droite par Laion, voit son centre tir, qui a dépassé Abrantes, mis en corner in extremis par Nito (14 min). C’est au tour de Ndukuta d’avoir une belle occasion : sur un dégagement à la main de son gardien, sa reprise de la tête passe de peu à gauche du but toulonnais.

La troisième réalisation parisienne intervient de belle manière. Sur une touche jouée sur la gauche du terrain, la transversale de Belhaj est reprise de volée par Teixeira positionné sur l’aile droite. Rudi bien placé devant Abrantes effleure suffisamment le ballon pour tromper le gardien (3-0, 16 min).

Les supporters sont conquis !

En cette fin de première mi-temps, Toulon s’en remet à Pupa pour réduire l’écart, mais Laion repousse du pied sa tentative de près.

La dernière opportunité est pour le Sporting Club de Paris à 30 secondes du terme de cette période. Sur un nouveau dégagement à la main de Laion, Amarilla en pivot, se retourne mais son tir du gauche est capté par Abrantes. Avec un avantage de 3 buts à la pause, le Sporting Club de Paris semble avoir pris une belle option sur la victoire.

.

Aux retours des vestiaires, cette impression n’est pas démentie par l’entame des Parisiens qui ont 2 nouvelles occasions par Belhaj (lancé sur l’aile droite, son tir passe au-dessus du but) et Ndukuta, qui, bien décalé plein axe par Belhaj, n’attrape pas le cadre.

Et puis… arrive le festival arbitral qui avait jusque-là plutôt correctement géré les débats.

A la 23ème minute, Viana est expulsé directement sur une faute sur Rojas. Cette décision laisse les Toulonnais en infériorité numérique dont profite le Sporting Club de Paris en ajoutant un quatrième but. Un centre de Caamaño est dévié dans son but par Ordonez, pressé par Amarilla (4-0, 23 min).

Dans la minute suivante, le cinquième but est tout proche. Amarilla, intercepte le ballon dans son propre camp et enclenche une attaque à trois avec Belhaj à gauche et Caamaño à droite… mais ce 3 contre 1 est mal négocié… A la 24ème minute, sur l’aide droite, Amirilla, pressé par 2 Toulonnais, perd le ballon et fait une faute sur Feijao. L’arbitre assistant semble siffler la faute, mais l’action continue ce dont profite Lakjah qui envoie le ballon entre les jambes de Laion. Moment de confusion sur le parquet qui se conclut par la validation du but et un carton jaune pour Amarilla (4-1, 24 min).

Bien qu’ébranlés par cet épisode, les Parisiens repartent à l’attaque. Lancé par Laion, Caamaño résiste à 2 adversaires avant de marquer d’un pointu son premier but sous ses nouvelles couleurs (5-1, 25 min).

L’entraineur toulonnais, Padalinski, procède à un changement de gardien, Borja remplaçant Abantes. La tension est perceptible sur le parquet et les contacts sont plus virils et le duo d’arbitres est dépassé.

A la 28ème minute, profitant de la position avancée de son gardien, Nito frappe au but et Sarghini dévie la balle hors de portée de Laion (5-2).

La physionomie du match a changé, Toulon maitrisant maintenant la partie. A la 31ème minute, Ordonez obtient un coup franc (inexistant mais valant tout de même un carton jaune à Rojas !).

Déconcentrés et énervés par la tournure des évènements, les Parisiens se font surprendre par le coup de pied arrêté joué par Nito pour Ordonez qui marque dans le petit filet de Laion (5-3). Quelques secondes plus tard, sur une contre-attaque rapidement jouée par Pupa, l’inusable Nito gagne son duel face à Laion pour inscrire le quatrième but pour son équipe (5-4).

Les spectateurs n’en reviennent pas et retiennent leur souffle pour ces dernières minutes.

Tentant de reprendre le jeu à son compte, le Sporting Club de Paris repart à l’attaque : Rojas voit son tir passer de peu au-dessus du but (32 min), la reprise de volée de Caamaño frôle la lucarne droite de Borja (32 min) et son centre-tir passe de peu à droite de la cage (33 min), Rudi perd son face à face avec Borja (34 min)…

Et puis, sur une touche anodine sur l’aile gauche, Nito tire directement au but, la balle passant entre Pasquier et Laion termine au fond du but parisien (5-5, 36 min).

A la 37ème, Caamaño, dans son propre camp, subtilise le ballon dans les pieds de Sarghini et part seul défier Borja. Dépassé, Sarghini, en position de dernier défenseur ceinture le néo-parisien… Décision arbitrale ? Un simple carton jaune ! Ce n’est pas fait pour calmer les esprits déjà bien échauffés.

A la 38ème minute, le tir de Pasquier tutoie la barre transversale de Borja qui semblait battu. A 30 secondes de la fin, Laion parti à l’assaut du but toulonnais est stoppé irrégulièrement par Pupa qui le fait chuter. En voulant regagner sa cage, le gardien parisien est de nouveau mis à terre par Pupa… et qu’advint-il ? Carton jaune pour Laion… !!!

Avec un total de 7 cartons jaunes pour les Parisiens et 2 jaunes et 1 rouge pour les Toulonnais, soit 10 cartes distribuées dans un match très correct, on se croirait dans un mauvais concours du plus prolifique duo arbitral.

Alors que l’équipe de France s’est qualifiée brillamment pour la Coupe du Monde de Futsal, il serait peut-être temps d’avoir des arbitres du même niveau.

Pourtant bien parti dans cette rencontre et menant 5-1, le Sporting Club de Paris concède le match nul. Il y a plusieurs causes à cette remontada toulonnaise. On peut citer la débauche d’énergie parisienne en première mi-temps qui a pesé dans les jambes en seconde période, le fait de laisser plus le ballon aux varois, le changement tactique de Toulon avec l’entrée en jeu dans la cage de Borja qui a beaucoup apporté offensivement à son équipe et bien entendu l’arbitrage qui a énervé les joueurs, le staff et le public.

Pour le déplacement de la semaine au Kremlin-Bicêtre, le staff va pouvoir s’appuyer sur les 25 premières minutes qui ont été excellentes. S’ils retrouvent cette envie et ce niveau de jeu, un résultat positif est possible !

.

L’effectif du Sporting Club de Paris : Laion – Douang (GK) – Amarilla – Belhaj – Caamaño – Kébé – Ndukuta – Pasquier – Rojas – Rudi – Teixeira

Arbitres : Karim AMEJAL & Tarik EL GHOURAFF

Sporting Club de Paris 5-5 Toulon

Buteurs : Sporting Club Paris : Pasquier, Kébé, Rudi, Caamaño et Ordonez(CSC). Toulon : Lakjah, Sarghini, Ordonez et Nito (x2)

Partager sur les réseaux :